Coup de cœur, Fantasy, Roman

Le Prieuré de l’Oranger

Un monde divisé.
Un Reinaume sans héritière.
Un ancien ennemi s’éveille.

La Maison Bereneth règne sur L’Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d’elle…

Ead Duran est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l’usage d’une magie interdite s’impose pour cela.

De l’autre côté de l’Abysse, Tané s’est entrainée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence.

Pendant que l’Est et l’Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s’éveillent d’un long sommeil… Bientôt, l’humanité devra s’unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.

Ce roman est une pépite ! Un coup de cœur !

Déjà, la couverture est sublime et ce livre me tentait beaucoup à sa sortie. Il me le fallait absolument dans ma bibliothèque. Et je ne regrette pas du tout d’avoir cédée à la vue des nombreuses photos, des multiples avis positifs sur instagram.

Tout ce que j’aime

Ce livre reprend tout ce que j’aime en fantasy : un monde passionnant, des personnages aux quatre coins du monde, plusieurs intrigues dont une principale. Le roman prend son temps pour tout mettre en place, nous entrainer dans son monde, les descriptions sont très belles, l’écriture est sublime et nous permet d’entrer dans l’univers du livre et dans les pensées des personnages. Malgré sa taille, ce roman se dévore vite, je l’ai dévoré en quelques semaines seulement, et j’aurais pu être plus rapide encore si seulement j’en avais eu le temps : à chaque fois je ne voulais pas arrêter la lecture, car je voulais savoir ce qui arriverait à chacun des personnages, et l’alternance des personnages permettaient de donner toujours plus envie de continuer pour savoir ce qui allait arriver au personnage en cours, puis au suivant, puis au premier, puis… Bref, l’effet de l’alternance des personnages quand tous les personnages sont attachants.

Féministe

Bien sûr, ce roman a aussi un plus bien à lui : il met plus qu’aucun livre de fantasy auparavant les femmes en avant. Les premiers personnages que nous suivons sont des femmes et ce sont les femmes qui sont les personnages les plus importants du roman. Il y a des hommes aussi, mention spéciale à Loth qui reste mon personnage préféré de tout le roman, mais on sent qu’ils ne sont pas aussi importants que les femmes, c’est d’ailleurs un point un peu plus négatif pour moi : on n’arrive pas encore à une complète égalité, je trouve les femmes trop présentes par rapport aux hommes, ça fait presque l’effet inverse des autres romans de fantasy, et c’est dû, je trouve, aux légendes qui ne mettent en avant que des femmes (sauf une mais qui ne mets pas en avant l’homme en question). Ça fait quand même plaisir de voir les femmes mises en avant dans un roman de fantasy.

À propos de légende, j’ai adoré la dualité des religions, des légendes de la fin du Sans-Nom qui met en opposition deux points de vue. Un homme qui serait mis en avant, ou une femme qui aurait réussi là où le premier n’aurait fait que s’approprier les mérites de l’autre. Cette double légende était passionnante, fascinante, et invite à réfléchir à la création d’une religion, pourquoi elle a été créée et pourquoi on y croit. Cette dualité est celle qui m’a le plus fascinée.

Un roman à ne pas manquer

Si vous aimez la fantasy, il faut absolument que vous découvriez ce roman ! Il n’aura pas de suite, vous ne pouvez donc pas vous plaindre de vous lancer dans une saga puisque ce n’en est pas une. Aucune raison de ne pas se lancer dedans ! Ce livre est magnifique ! Lisez-le !

Coup de cœur, coup au cœur

Recommandations

Celle qui devint le soleil de Shelley Parker-Chan : Chose amusante, l’autrice dit elle-même s’être inspirée de la couverture du Prieuré pour celle de Celle qui devint le soleil. Le roman questionne le genre sexuel dans un univers très proche du nôtre, en Chine. C’est un roman entre historique et fantasy.

La fantasy, petite ouverture sur le monde : Ce n’est pas un roman, mais un article sur la vision de la fantasy des pays, ou plus exactement à quel point la fantasy est fermée et se concentre principalement sur les univers médiévaux européens. L’article met en avant, autant que possible, des romans qui ne se passent donc pas en Europe, parce que oui la fantasy peut aussi servir à s’ouvrir au monde.

3 réflexions au sujet de “Le Prieuré de l’Oranger”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s