Water Knife

L’accès libre à l’eau n’est plus qu’un souvenir pour les millions d’Américains qui vivent dans le sud des Etats-Unis. Le fleuve Colorado est devenu l’enjeu d’une guerre sans merci entre les Etats qui le bordent. Certains sont prêts à commettre les pires exactions pour s’assurer le contrôle de l’or bleu. Angel est un water knife, un mercenaire qui mène des opérations musclées pour le compte du service des eaux de Las Vegas. Lors d’une mission à Phoenix où courent les rumeurs d’une nouvelle source, son chemin croise celui de Lucy, une journaliste dont les révélations sont à même de faire vaciller l’équilibre des forces en présence…

Ce livre m’avait beaucoup tenté par son résumé, mais j’avoue que j’appréhendais aussi un peu que cela ressemble à Fahrenheit 451, c’est-à-dire un gars qui a toujours trempé dans son truc et découvre grâce à une rencontre avec une jeune femme que les choses vont plus loin, qu’il est temps de réfléchir et de réagir. Et bien non, ce livre n’avait rien à voir avec Fahrenheit, ce n’était qu’une fausse impression du résumé. C’est un roman qui a son propre univers, sa propre histoire, et qui est fascinant du début à la fin.

Ce roman touche le problème de l’eau, et en l’occurrence du manque d’eau et de l’organisation qui se déploierait pour le combler. Et franchement, c’est effrayant de voir à quel point le monde tomberait facilement, à quel point nous sommes dépendants de l’eau pour tout et n’importe quoi.

Nous découvrons un sud des Etats-Unis complètement changé, transformé en une zone où il est difficile de vivre, ou le monde devient pauvre. Les aides pour trouver de l’eau existe, évidemment, et on retrouve la croix rouge et d’autres qui mettent des pompes de secours, mais ça n’aide que trop peu et les gens veulent fuir un monde en ruine vers un qui a survécu, Vegas, la Californie, ou le Nord. L’immigration est intense, combattue. Ce n’est pas sans rappeler beaucoup d’endroit sur Terre… mais ici, on distingue les gens de part leur accent, les Texans devenant les pauvres, les zoners à éviter. Ce livre renferme beaucoup de réalisme, il est poignant.

Nous suivons trois personnages, Angel, un water knife qui mène la belle vie grâce à son boulot sanglant, Lucy, une journaliste vivant à Phoenix mais venant du nord, et Maria, une texane survivant Phoenix, dont nous découvrons au fur et à mesure comment ils survivent dans leurs milieux, à quel point leurs vies sont différentes mais se croisent, se rejoignent.

En revanche, je ne sais pas quoi penser arrivée à la fin, je ne sais pas quoi penser de cette fin.

C’est un roman que j’ai apprécié lire, qui m’aura fascinée tout du long. C’est de la science-fiction passionnante, qui pousse à réfléchir, et ne laisse pas de glace. Je découvrirais avec plaisir d’autres romans de l’auteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s